INTERACTIVE OPEN PLATFORMLIVE ELECTRO ORGANIC

SPACE AUDIO VIDEO

Index blog actualitEs nohgrand rhizome ateliers installations cordes kinotopie DIFFUSION video audiotracks contact

 

LOVE SONG (dans l'orange du matin) from noh grand on Vimeo.

 

LOVE SONG (dans l'orange du matin) Part II from noh grand on Vimeo.

Temps pulsé, temps non pulsé, c'est complètement musical, mais c'est tout autre chose aussi. La question serait de savoir en quoi consiste au juste ce temps non pulsé. Cette espèce de temps flottant, qui correspond un peu à ce que Proust appelait "un peu de temps à l'état pur". Le caractère le plus évident, le plus immédiat, c'est qu'un tel temps dit non pulsé, c'est une durée, c'est un temps libéré de la mesure, que la mesure soit régulière ou irrégulière, qu'elle soit simple ou complexe. Un temps non pulsé nous met d'abord et avant tout en présence d'une multiplicité de durées hétérochrones, qualitatives, non coïncidentes. Comment vont-elles s'articuler, puisque de toute évidence on s'est privé de recours à la solution la plus générale et classique qui consiste à confier à l'esprit le soin d'apposer une mesure commune ou une cadence métrique à toutes les durées vitales ? Dès le départ, cette solution est bouchée. Quitte à aller dans un tout autre domaine, je pense que actuellement, quand les biologistes parlent de rythmes, ils retrouvent des question analogues. Ils ont renoncé à croire, eux aussi, que des rythmes hétérogènes puissent s'articuler en entrant sous la domination d'une forme unifiante. Les articulations entre rythmes vitaux, per exemple des rythmes de 24 heures, ils n'en cherchent pas l'explication du côté d'une forme supérieure qui les unifierait, ni même du côté d'une séquence régulière ou irrégulière de processus élémentaires. Ils les cherchent tout à fait ailleurs, à un niveau sub-vital, infra-vital, dans ce qu'ils appellent une population d'oscillateurs moléculaires capables de traverser des systèmes hétérogènes, dans des molécules oscillantes mises en couplage qui, dès lors, traverseront des ensembles et des durées disparates. La mise en articulation ne dépend pas d'une forme unifiable ou unificative, ni métrique ni cadence ni mesure quelconque régulière ou irrégulière, mais de l'action de certains couples moléculaires lâchés à travers des couches différentes et des rythmicités différentes. Ce n'est pas seulement par métaphore qu'on peut parler d'une découverte semblable en musique : des molécules sonores, plutôt que des notes ou des tons purs. Des molécules sonores en couplage capables de traverser des couches de rythmicité, des couches de durées tout à fait hétérogènes. Voilà la première détermination d'un temps non pulsé.
DELEUZE / CONFéRENCES
Le temps musical, IRCAM - 01/00/1978

 


 

Trash Roots V1.1 from noh grand on Vimeo.

Dans les modèles les plus simples comme la théorie de Kaluza-Klein, les dimensions peuvent être enroulées en sphères (pleines ou creuses), en tores ou en cercles de taille mesurée avec une échelle naturelle donnée par la longueur de Planck : LPlanck ~ 10-33 cm2 .
Dans des modèles plus évolués, tels ceux apparaissant dans la théorie des supercordes, l'espace de compactification peut avoir une structure géométrique plus compliquée comme celle d'un espace de Calabi-Yau par exemple. Notons que dans le cadre de la cosmologie branaire il est également possible de considérer des modèles dans lesquels les dimensions supplémentaires sont bien plus grandes que la longueur de Planck et peuvent atteindre des dimensions d'une taille de l'ordre du millimètre sans entrer en contradiction avec les limites expérimentales actuelles concernant la loi de la gravitation. Ces modèles branaires sont eux-mêmes inspirés de modèles phénoménologiques apparaissant dans la théorie des supercordes, et pour lesquels la géométrie de l'espace total n'est pas un simple produit entre la géométrie visible et la géométrie des dimensions supplémentaires, mais possède une structure plus complexe mélangeant les deux. On appelle ce type de construction une compactification tordue


ORGAN ISATION PANA TONIQ from noh grand on Vimeo.

Le monde a perdu son pivot, le sujet ne peut même plus faire de dichotomie, mais accède à une plus haute unité, d’ambivalence ou de surdétermination, dans une dimension toujours supplémentaire à celle de son objet.Le monde est devenu chaos….
Un rhizome ne cesserait de connecter des chaînons sémiotiques, des organisations de pouvoir, des occurrences renvoyant aux arts, aux sciences, …….Un chaînon sémiotique est comme un tubercule agglomérant des actes très divers, linguistiques, mais aussi perceptifs, mimiques, gestuels, cogitatifs : il n’y a pas de langue en soi, ni d’universalité du langage, mais un concours de dialectes…., de langues spéciales. Il n’y a pas de locuteur-auditeur idéal, pas plus que de communauté linguistique homogène. La langue est, selon une formule de Weinreich, « une réalité essentiellement hétérogène ». Il n’y a pas de langue-mère, mais prise de pouvoir par une langue dominante ….. La langue  fait bulbe. Elle évolue par tiges et flux souterrains, le long des vallées fluviales, ou des lignes de chemins de fer, elle se déplace par taches d’huile[1]. On peut toujours opérer sur la langue des décompositions structurales internes : ce n’est pas fondamentalement différent d’une recherche de racines. Il y a toujours quelque chose de généalogique dans l’arbre, ce n’est pas une méthode populaire. Au contraire, une méthode de type rhizome ne peut analyser le langage qu’en le décentrant sur d’autres dimensions et d’autres registres. Une langue ne se referme jamais sur elle-même que dans une fonction d’impuissance.


混沌 KONTON (chaos) from noh grand on Vimeo.

La différence entre les paradigmes artificiels et la réalité cosmique ( cosmétique) réside dans le nombre des extensions physiques gisant en l’humain et l’infinité des paramètres du réel. D’où le besoin de composition, de règles, de repères dans l’improvisation. L’improvisation n’étant qu’un présupposé culturel qui établit une moyenne des probables, sans lesquels toute coordination devient illusoire. Les réalités augmentent tandis que le nombre de nos appendices n’augmentent pas. Conséquemment je peux virtuellement gérer X paramètres, temps réel, avec 10 doigts X= 10, si j introduis l’aléatoire je démultiplie, si j’introduis le schème je reproduis. Au bout du compte l’ »anthropie » sert de vecteur d’unification du signal. Le temps réel n’est que l’un des paramètres de la performance. Suivant la situation du vecteur dans la conduite du signal, suivant l’ordonnance des hiérarchies dans le signal, nous arriverons à une situation incontrôlable mais signifiante. C’est pour cette déraison que nous ne recherchons que l’émotion & le plaisir, la raison nous ayant mené hic é nunc.

 


CERCLE3/RHIZOME from noh grand on Vimeo.

© GLOBALDESIGN 2015