INTERACTIVE OPEN PLATFORMLIVE ELECTRO ORGANIC

SPACE AUDIO VIDEO

Index blog actualitEs nohgrand rhizome ateliers installations cordes kinotopie DIFFUSION video audiotracks contact

Travail sur l'errance, l'immersion, la communication intuitive, Rhizome s' adresse à ce qu'il nous reste d'instinctuel, à ce lien de plus en plus ténu entre l'humain contemporain multiconnecté et un monde réel qui contient et contiendra toujours beaucoup plus d'informations sous sa forme organique, également labellisé monde, ce lieu qui nous cerne dès que nous nous éloignons du mot, du concept, ce lieu autonome que nous nous efforçons de détruire, par esprit d'infériorité, parce que ce monde nous a précédé et nous survivra, parce que nous lui appartenons et refusons l'indéterminisme, le non linéaire, les dimensions multiples.

Dans Rhizome le dialogue instrument-machine fonctionne sous le principe de la multiplicité, dans une structuration rhizomique au sens Deleuzien. « c'est seulement quand le multiple est effectivement traité comme substantif, multiplicité, qu'il n'a plus aucun rapport avec l'Un comme sujet ou comme objet, comme réalité naturelle ou spirituelle, comme image et monde. »

 


 

Le signal amplifié de la viole à travers un piézo et plusieurs micros est envoyé vers des tranches séparées puis redistribué vers des sous-tranches qui le dirigent vers des filtres déclenchant des harmoniques, des grains, des delays …., soit X.nbr traitements disponibles mais non programmés, paramétrés en temps réel, à l'oreille. Des samplers renvoient aux musiciens la structure sonore qui s'est élaborée, métamorphosée par les filtres. De ce va et vient entre émetteurs et capteurs, s'élabore une construction modale sur laquelle la viole vient poser des évènements singuliers.

Ce que Deleuze décrit ainsi : « Un agencement est précisément cette croissance des dimensions dans une multiplicité qui change nécessairement de nature à mesure qu'elle augmente ses connexions. Il n'y a pas de points ou de positions dans un rhizome, comme on en trouve dans une structure, un arbre, une racine. Il n'y a que des lignes..


Le dispositif agit à la manière d'une « carte ouverte, connectable dans toutes ses dimensions, démontable, renversable, susceptible de recevoir constamment des modifications. Il est tout entier tourné vers une expérimentation en prise sur le réel. »

Un point de connexion supplémentaire est généré avec introduction d'un calque supplémentaire, constitué d'un flux vidéo capturé lors de longs travellings dans les arbres.

Une tranche audio retransmet alors l'ambiance capturée lors de l'enregistrement vidéo, créant une ligne venant relier univers sonores et visuels.

Dans certaines configurations, cette interactivité est démultipliée par des patchs d'effets vidéos qui réagissent aux stimuli sonores.


Les calques vidéos, lents travellings asynchrones tournés au plus profond de la fôret, donnent à voir des trajets parcourant un même espace délimité mais cette juxtaposition de déambulation provoque une démultiplication, défragmentation, déterritorialisation de l'espace parcouru plongeant le spectateur dans une perte de repère sensorielle.

Il ne s'agit pas de perturber les sens, de provoquer une déstabilisation schizophrénique, mais au contraire d'installer le spectateur dans une présence, de lui proposer un espace nouveau, sans carte.

" L'errance, terme à la fois explicite et vague, est d'ordinaire associée au mouvement, et singulièrement à la marche, à l'idée d'égarement, à la perte de soi-même. Pourtant, le problème principal de l'errance n'est rien d'autre que celui du lieu acceptable." Depardon


Ce dispositif connectable dans toutes ses dimensions, suit les principes de connexions et d'hétérogénéité : c'est à dire que n'importe quel point d'un rhizome peut être connecté avec n'importe quel autre, et doit l'être. C'est très différent de l'arbre ou de la racine qui fixent un point, un ordre.

Ainsi la plateforme créée par le Noh Grand Electrorkestra offre des possibilités d'échange et de dialogue avec d'autres disciplines : performance chorégraphique, design environnemental, art vocal.... (suite installations)

 

interfaces
dispositif rhizomescreening

© GLOBALDESIGN 2015